Dernier Train pour Busan : quand Gong Yoo combat des zombies affamés

« Et sinon, World War Z à côté c’est un peu du pipi de chat« , voici la première pensée qui m’a traversée l’esprit lorsque je suis sortie du cinéma hier soir.

Bon ok, cela fait déjà plusieurs semaines que « Train to Busan », plus communément appelé en France « Dernier Train pour Busan », est sorti mais franchement ça valait quand même le coup. Vous me direz des films de morts-vivants il en existe déjà des centaines peut-être même des milliers et au départ on peut facilement se dire « encore un film de zombies qui répandent une épidémie et contaminent tout le monde …« , bah finalement pas que !

« Train To Busan » a su mélanger cette bonne vieille recette en y ajoutant une pincée de vengeance, de drame et de suspens. Le casting est varié et efficace donc plutôt facile de s’y identifier : le beau gosse père de famille, un gros dur au coeur tendre, un fou, une femme enceinte (d’ailleurs on se demande comment elle fait pour pas accoucher en plein milieu de l’intrigue), la petite fille, la mamie et l’enfoiré de service.

Non mais oui, on va se le dire franchement les coréens sont les rois du thriller et de la vengeance au cinéma mais j’ai rarement vu un personnage comme celui-ci dans un film. D’accord, difficile de savoir comment nous pourrions réagir dans une histoire comme celle-ci alors que des zombies ne cherchent qu’une seule chose, vous dévorer, mais honnêtement j’ai rarement détesté autant un personnage dans un film en me disant « Non mais toi, j’espère que tu vas mourir dans d’atroces souffrances« , le mec à chaque scène où il apparait il arrive à nous surprendre par son égoïsme et sa propre conception du « chacun pour sa gueule ».

Bref, « Train to Busan » est vraiment un film qui vaut vraiment le coup d’être vu. Je n’ai pu m’empêcher la comparaison avec « World War Z » à cause de cette scène où les derniers survivants se trouvent à bord d’un wagon et que des milliers de zombies se grimpent les uns sur les autres pour monter à bord. Je n’ai pu m’empêcher de faire le rapprochement avec la scène dans le film avec Brad Pitt où les morts-vivants essaient de rentrer dans une ville fortifiée en montant les uns sur les autres pour former une véritable échelle (ça court vraiment vite, un zombie). Je n’irai pas parler de plagiat, mais on sent que cette scène n’a pas été créée à partir de rien.

world-war-z

train-to-busan-2

Mon seul regret concernant « Train to Busan » est qu’on ne sait pratiquement rien sur l’origine du virus hormis le fait qu’il se transmet par morsure et que la période d’incubation est très rapide (et varie en fonction des endroits où on se fait mordre).  On apprend seulement le lieu d’où viendrait le premier cas au détour d’une conversation téléphonique, mais sans aucune confirmation formelle.

Après on se laisse toujours surprendre par la tournure que peuvent prendre les films non-américains. Je m’explique : il faut quand même s’avouer que dans ce type de film les choses finissent rarement mal pour le personnage principal. Et bien là, on se surprend à se dire « Non mais, quoi ? Tu peux pas mourir toi … Non, je refuse ! On rembobine et on recommence » et verser la petite larme qui va bien. Dans le cas ici présent, on apprend à s’attacher à chacun des personnages principaux donc on est confronté à un éventail d’émotions tout au long du film.

Quoi qu’il en soit, « Train to Busan » est un film qui mérite grandement d’être vu non seulement à cause de son thème mais aussi la manière dont il est traité : un savant mélange entre « Snowpiercer » et son côté film tourné à huit clos dans un train, des zombies franchement dégueulasses (il faut dire ce qui est) et un casting diversifié et efficace et des personnages prêts à tout pour sauver leur peau. Et puis franchement, Gong Yoo n’a rien à envier à Brad Pitt !

Bref, vivement la suite !

Et vous, avez-vous « Train to Busan » ?