Nine9 révèle la dernière lettre écrite par Jonghyun (SHINee)

Nine9 de Dear Cloud vient de révéler la dernière lettre écrite par Jonghyun (SHINee) avant son décès.

Ce 19 Décembre, la chanteuse et très proche amie de Jonghyun a en effet expliqué que le membre de SHINee lui avait confié une lettre en lui demandant de la révéler s’il venait à nous quitter.

Inutile de vous dire que ces mots peuvent être durs et sont susceptibles de vous mettre particulièrement mal, donc si vous n’êtes pas forcément dans un bon état actuellement, n’oubliez pas que rien ne vous oblige à lire le message.

Dans son message, avant de révéler la lettre de Jonghyun, Nine9 a écrit :

« Je reviens d’avoir dit un dernier au revoir à Jonghyun.

Même en regardant son portait souriant, j’ai toujours l’impression que Jonghyun va revenir et sourire, comme si tout ceci n’était qu’un rêve.

Récemment, Jonghyun avait des pensées sombres et profondes. Il semblait que chaque jour était très difficile.

J’ai commencé à ressentir un étrange sentiment, alors j’en ai parlé avec sa famille et j’ai fait de mon mieux pour m’accrocher à son esprit, mais au final, je n’ai fait que retarder le timing, je n’ai pas pu l’empêcher.

C’est toujours très dur pour moi de croire qu’il ne fait plus partie de ce monde, et ça fait mal. Même maintenant, ça me fait peur parce que je ne suis pas sûr que poster ceci soit juste, mais Jonghyun m’a personnellement demandé de poster cette lettre s’il venait à disparaître.

J’espérais que ce jour ne vienne jamais… Après en avoir discuté avec sa famille et selon son souhait, je poste son dernier message.

Je pense qu’il y a une raison pour laquelle il m’a fait confiance pour ça. Je m’inquiète également que ça lance une controverse. Toutefois, j’ai décidé de la poster car je pense que Jonghyun l’avait anticipé et souhaitait que ses mots soient entendus. C’est la dernière chose que je peux faire pour lui.

J’espère au moins que les gens sauront maintenant que Jonghyun n’était pas le seul. Et qu’il a bien travaillé… qu’il a vraiment bien travaillé… S’il vous plaît, dites-lui que vous êtes reconnaissants qu’il ait enduré ça si bien.

Beau Jonghyun, je t’aime vraiment. Je continuerai de t’aimer avec le temps qui passe. J’espère et je prie que, là où tu es, tu ne souffres plus et que tu seras en paix…

Voici la dernière lettre de Jonghyun.

_

Je suis brisé à l’intérieur.

La dépression qui me rongeait lentement a fini par me dévorer.

Je n’ai pas pu la surpasser.

Je me suis détesté. Je me suis résolu à m’accrocher à mes souvenirs et je me suis crié de reprendre mes esprits, mais il n’y avait pas de réponse.

S’il n’y a pas de moyen de soulager une respiration étouffée, c’est mieux de simplement arrêter.

J’ai demandé qui pouvait être responsable de moi.

C’est seulement toi.

J’étais complètement seul.

C’est facile de dire que tu vas mettre un terme aux choses.

C’est dur de réellement mettre un terme aux choses.

J’ai vécu avec cette difficulté pendant tout ce temps.

Tu m’as dit que je voulais m’échapper.

C’est vrai. Je voulais m’échapper.

De moi.

De toi.

Tu as demandé qui est là. J’ai dit que c’était moi. J’ai encore dit que c’était moi. Et j’ai encore dit que c’était moi.

J’ai demandé pourquoi je n’arrêtais pas d’oublier mes souvenirs. Tu m’as dit que c’était à cause de ma personnalité. Je vois. Je vois que tout est de ma faute au final.

J’espérais que les gens le remarqueraient, mais personne n’a su. Tu ne m’as jamais rencontré, alors bien sûr, tu ne savais pas que j’en étais là.

Tu m’as demandé pourquoi je vis. Juste parce que. Juste parce que. Tout le monde vit juste parce que.

Si tu demandes pourquoi les gens meurent, ils diront probablement que c’est parce qu’ils sont épuisés.

J’ai souffert et agonisé à propos de ça. Je n’ai jamais appris comment changer cette douleur en joie.

La douleur est juste de la douleur.

J’ai essayé de me pousser à la dépasser.

Pourquoi ? Pourquoi est-ce que je me retiens de mettre un terme à tout ça ?

On m’a dit de chercher les raisons pour lesquelles j’ai mal.

Je connais ça trop bien. Je souffre à cause de moi. Tout est de ma faute, parce que je suis né ainsi.

Docteur, est-ce que c’est ce que vous vouliez entendre ?

Non. Je n’ai rien fait de mal.

Quand vous m’avez dit avec cette voix calme que c’était à cause de ma personnalité, j’ai pensé que ça devait être facile d’être docteur.

C’est presque fascinant que ça fasse si mal. Les gens qui vivent une vie plus dure que la mienne semblent s’en sortir. Les gens plus faibles que moi semblent s’en sortir. Mais ça ne doit pas être vrai. Parmi les gens dans le monde, personne ne souffre plus que moi, et personne n’est plus faible que moi.

Mais j’ai quand même essayé de vivre.

Je me suis demandé pourquoi je le faisais des centaines de fois, et ce n’était jamais pour moi. C’était pour toi.

Je voulais faire quelque-chose pour moi.

S’il te plaît, arrête de me dire des choses que tu ne comprends pas.

Tu me dis de trouver pourquoi je vis des moments difficiles. Je t’ai dit pourquoi à plusieurs reprises. N’ai-je pas le droit d’être triste juste pour ces raisons ? Est-ce qu’il faut que ce soit plus spécifique et dramatique ? Ai-je besoin de meilleures raisons ?

Je te l’ai déjà dit. Est-ce que tu écoutais ? Les choses que tu ne peux pas surpasser ne restent pas comme des cicatrices.

Je suppose que je n’étais pas fait pour affronter le monde.

Je suppose que je n’étais pas fait pour mener une vie devant les yeux du public.

C’est pour ça que c’était dur. Affronter le monde, et être devant les yeux du public. Pourquoi ai-je pris ces décisions ? C’est ridicule.

C’est même fantastique que je sois allé aussi loin.

Que puis-je dire de plus. Dis-moi simplement que j’ai bien travaillé.

Dis-moi que j’ai assez bien travaillé et que j’ai assez souffert.

Même si tu ne peux pas sourire en me laissant partir, ne dis pas que c’est de ma faute.

Tu as bien travaillé.

Tu as vraiment traversé beaucoup de choses et tu as assez souffert.

Au revoir. »