De nouvelles informations dévoilées sur la situation de MADTOWN alors que le groupe tente de quitter son agence

De nouveaux détails ont été révélés au sujet de la situation dans laquelle se trouvent actuellement les membres de MADTOWN.

Il y a quelques jours, nous avons en effet appris que les MADTOWN avaient entamé une procédure judiciaire pour se libérer de leur agence, une agence qui ne s’occupe plus du tout d’eux depuis que son PDG a été arrêté pour fraude.

Ce 15 Septembre, Dispatch et Star News ont révélé de nouvelles informations afin de mieux comprendre toute l’histoire.

Groupe de J.Tune Camp depuis 2014, MADTOWN a été revendu à GNI Entertainment en Décembre 2016 parce que l’agence allait fermer. Coût de l’opération pour GNI : 300 millions de wons, soit plus de 220 000 euros.

Le PDG du groupe CNI a ensuite été arrêté pour fraude en Février 2017, et son fils, PDG de l’agence GNI Entertainment, a plongé à son tour pour les mêmes chefs d’accusation un mois plus tard. Du jour au lendemain, les employés de l’agence sont donc tous partis les uns après les autres puisque l’agence a complété cessé de fonctionner.

Alors qu’il était très actif dans les émissions de variété, Jota a participé cette année au programme « I’m An Actor ». Pour se rendre à l’émission, il devait lui-même louer et conduire son véhicule, mais également engager une maquilleuse et une coiffeuse avec son propre argent. Le même mois (en Juin), les MADTOWN ont été expulsés de leur dortoir parce qu’ils ne pouvaient pas payer le loyer.

Selon les rapports, plus de 800 personnes seraient victimes de la situation générée par le groupe GNI, avec des dommages totaux estimés à plus de 80 milliards de wons (près de 60 millions d’euros).

Les victimes ont formé un groupe et ont eux-mêmes commencé à liquider les biens possédés par la compagnie, y compris les voitures de la société, ou encore le building de l’agence, pour leur propre profit afin de récupérer une partie de l’argent perdu à cause de GNI.

MADTOWN n’est plus payé depuis Mars, et ils doivent poursuivre leur activité sans aucune aide depuis. Quant au groupe de victimes de GNI, ils estiment que MADTOWN est un bien évalué à 300 millions de wons (environ 220 000 euros). Toutefois, le contrat de MADTOWN avec l’agence court jusqu’au 5 Octobre 2021, ce qui piège donc encore le groupe pendant quatre ans.

Selon le contrat établi entre le groupe et l’agence, la responsabilité de GNI est de s’occuper du planning et de l’organisation des activités de MADTOWN, et l’agence s’engage à soutenir les MADTOWN dans tous les aspects de leurs activités.

L’avocat du groupe, Sun Jong Moon, a alors déclaré : « Selon l’article 5 alinéa 4 de leur contrat, une troisième partie ne peut pas interférer dans les activités de MADTOWN liées à l’industrie du divertissement. Leur contrat ne peut pas non plus être transmis à une troisième partie sans l’accord signé de MADTOWN, car il s’agirait d’une violation de l’article 5 alinéa 6. »

Si les MADTOWN ont donc entamé une procédure d’injonction le 21 Août pour mettre un terme à leurs contrats, ils ont également déposer une plainte dans le civil le 18 Août pour nullifier totalement leurs contrats. Le but de ses actions est pour MADTOWN de se libérer de GNI, puisque l’agence n’a plus les moyens de soutenir le groupe.

La première audience s’est déroulée le 6 Septembre, mais aucun verdict n’a encore été rendu. Aucun avocat n’était présent pour représenter GNI Entertainment. Pour ce qui est de la plainte civile par contre, un avocat a été assigné par l’agence, et Star News précise que GNI ne devrait pas lâcher le morceau si facilement dans cette affaire.

« Ce qui est le plus important est qu’ils puissent se libérer de leurs contrats d’exclusivité avec l’agence », a conclu l’avocat des MADTOWN.

Souhaitons bonne chance au groupe dans la bataille qui l’attend.

Sources : Dispatch, Star News